La transition énergétique ou comment concilier croissance et énergie !

L’Assemblée nationale a adopté mardi 14 octobre 2014 le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte. L’objectif est de créer l’élan d’une écologie positive qui lève les freins, libère les initiatives et apporte dès aujourd’hui des bénéfices tangibles à chacun. Cela signifie concrètement que très rapidement, chaque entreprise devra mettre en œuvre une réelle réflexion sur ses choix énergétiques et environnementaux.

Transition énergétique, vous avez dit transition énergétique ?

La transition énergétique désigne le passage du système énergétique actuel, utilisant des ressources non renouvelables (combustibles fossiles) vers l’utilisation d’un système énergétique basé principalement sur des ressources renouvelables (soleil, eau, air) ce qui implique de développer des solutions alternatives pour le remplacement de ces énergies fossiles au profit des énergies renouvelables.

La transition énergétique, pour quoi faire ?

Grâce à la mise en place des différentes mesures reprises dans la loi relative à la transition énergétique, le gouvernement espère une réduction de la consommation énergétique de 50 % en 2050 et une baisse de la consommation de ressources fossiles de 30 % en 2030 mais également une réduction de 75 % à 50 % du poids du nucléaire dans le mix électrique en 2025. Enfin, le gouvernement estime que les émissions de GES (*) seront divisées par 4 d’ici 2050.

transition-energetique

Différents secteurs d’activité sont particulièrement visés par cette loi comme, par exemple, le secteur des transports et son fort impact GES ou encore l’industrie du recyclage des déchets. La priorité est cependant donnée au secteur du bâtiment, gros consommateur d’énergie et pour lequel il est indispensable d’améliorer l’efficacité énergétique.

« L’audit énergétique réglementaire permettrait 30% d’économies d’énergie»

L’article 40 de La nouvelle réglementation (loi DDADUE), votée en juillet 2013, impose aux états membres l’obligation pour les entreprises de plus de 250 personnes ou possédant un chiffre d’affaires annuel excédant 50 millions d’euros ou un bilan total excédant 43 millions d’euros, de réaliser un audit énergétique normé.

Les entreprises qui auront mis en place un véritable système de management énergétique répondant à la norme ISO 50001 d’ici le 5 décembre 2015 seront exemptées de cette obligation.

En cas de non-respect, l’article L223-4 de la loi DDADUE prévoit une sanction financière entraînant une pénalité de 2 % du chiffre d’affaires (4 % s’il y a récidive).

Dans le but d’impulser la démarche des entreprises vers la certification ISO50001, de nouvelles aides ont été mises en place par le gouvernement: des crédits d’impôt pour aider à financer les travaux de rénovation énergétique des logements et bâtiments, des prêts à taux zéro pour le même type d’investissement ou encore une prime allant jusqu’à 10.000 euros pour le remplacement d’une voiture de fonction diesel par une voiture électrique.

Au travers des pénalités prévues dans le cadre de l’audit énergétiqueet des aides déployées pour l’efficacité énergétique, force est de constater que la réussite de « la transition énergétique » est un véritable enjeu environnemental et économique !

Comment transformer règlementation en levier de croissance et de communication

Si la transition énergétique prend effectivement le chemin de la réussite, il faudra prévoir un grand bouleversement dans les pratiques énergétiques des français. L’efficacité et la rénovation énergétique vont réduire la consommation en énergie aussi bien des entreprises que des foyers mais surtout, ce sera la naissance d’une industrie nouvelle, celle du développement des énergies renouvelables.

Plus qu’une simple aide face à la crise économique, la loi sur la transition énergétique a un véritable objectif de changement des mentalités. C’est une nouvelle vision de l’économie où la sobriété énergétique devient un levier de compétitivité et d’amélioration du ROI à condition de maîtriser parfaitement sa démarche grâce à des outils simples et efficaces.

Au travers de la transition énergétique, c’est une vraie réflexion qui s’impose pour optimiser la rentabilité et les conditions de production.

(*) Gaz à Effet de Serre